3 vieillards et 2 jokers « dans le vent »


Ils ne sont plus que 5 dans la course à la Présidentielle de février.

Parmi les 5 candidats, 3 ont déjà cheminé ensemble dans la même équipe du patriarche Wade. Les 2 autres sont la révélation d’une nouvelle composition de l’architecture politique et électorale.

Les jeux de coalition se feront surement mais certains frères ennemis ne pourront pas cheminer comme jadis. De nouveaux jokers se profilent et ont des atouts dans leur escarcelle.

Les 3 vieillards : Macky, Idy, Madické

Ils sont les jumeaux de l’ancien régime de Wade. Chacun a occupé des postes importants dans les différents gouvernements au sein du Parti Démocratique Sénégalais.

Idy, le plus fûté de toute sa génération, a été le premier à passer à la trappe. Il était le plus proche collaborateur du fondateur du PDS. Il dirigeait les « marches bleues », ces fameux mouvements de contestation, il était le jeune leader. Vite propulsé Premier Ministre, il sera réduit en cendre mais fera un come-back, en 2007, dans le cocon de Père Wade. Ce fût sa mort politique.

Macky prît la relève d’Idy. Il devint à son tour Premier ministre, fût orienté à l’Assemblée Nationale et finalement est abattu par ses propres frères de sang (politiquement parlant). À la différence d’Idy, il a gardé en lui une once de fierté qui fera de lui la victime d’un Wade plus proche de son fils biologique que de ses rejetons politiques. Macky sera vu comme un Président du changement et non comme un ancien élève de Wade. La sanction le projette au Palais.

Madické, l’homme de confiance de la famille « Wade », a coupé, un peu tard, le cordon ombilical. Il est l’un des plus fidèles de Wade. Il était là pendant que certains désertaient le PDS à la bataille de 2012. Madické ne cédait pas aux tentations du pouvoir en place. Il était d’ailleurs le seul qui soutenait Wade dans sa lutte pour extrader son fils. Il était là pour Karim, il l’a accompagné vers son exil au Qatar. Il donnait à son Père Wade une maison où séjourner à Dakar, il le représente partout où il le faut, bref il reste fidèle. Mais, voyant le paquebot du PDS partir à la dérive, il quitte l’équipage restant. Il se lance en solo vers la conquête du Palais. Son courage est récompensé.

Les 3 anciens poulains de Wade vont devoir s’affronter. A coups de bec, chacun voudrait grignoter les restes des quelques hommes et femmes de taille du PDS disloqué. Madické semble être le mieux placé pour avoir le soutien de Wade ou des autres leaders libéraux.

Les Jokers : PASTEEF et PUR

La surprise c’est « eux ». Patriotes et puristes ont démontré que les sénégalais croient à un NTP, comprenez un Nouveau Type de Politique.

Le premier est aussi, dit-on, victime de son honnêteté. Il a été radié par le système qui l’a couvé pendant 15 ans. Notons ensemble que c’était déjà du temps de Wade avant que Macky n’ait les clefs des coffres des impôts et domaines. Sonko décida de dénoncer, de pointer du doigt les deals de la famille Sall dans une sale affaire de pétrole. Il a bâti une réputation de jeune haut cadre intègre.

2 affaires risquent d’entacher son passif de nouveau politique. Il est barbu et traine dans une supposée « Pétrogate » de 94 milliards de dollars.

Depuis quelques temps, il peaufine son image, met en avant sa femme (jeune voilée et branchée, en jeans). Il s’efforce à laver à grandes eaux l’image d’un ibadou, d’un pratiquant, d’un radical moderne. Visites de proximité auprès des familles confrériques, posture de talibé et autres bonnes acrobaties de bienséance. Mais va-t-il suffire pour faire la différence face aux 3 vieillards ?

La seconde révélation semble être pure. Le PUR, Parti de l’Union et du Rassemblement, pourrait faire la grande différence dans cette élection présidentielle. Le parti paraît immature en politique puisqu’il ne s’est lancé dans la course aux urnes que lors des dernières législatives de juillet 2017.

Mais n’oublions pas, il s’agit d’un projet de longue haleine. PUR a été créé avant l’avènement de l’alternance 2000 (précisément en 1998). On peut affirmer sans ambage que c’est un projet de Cheikh Moustapha Sy ibn Al Maktoum. De ce fait, PUR est le réel joker de cette présidentielle. Il a un mouvement religieux à sa base qui le soutient non pour ses ambitions politiques. Son leader moral est légitime et maîtrise la chose politique. Son coordonnateur est un homme de sciences. Un cocktail au double parfum : foi et raison ! Mais est-ce suffisant ??

Voici le menu que le Conseil Constitutionnel a servi aux électeurs sénégalais : une brochette de politiques aux profits aussi différents que semblables.

Le choix sera partout aléatoire mais les coalitions ne seront pas exclues.

Entre les 3 vieillards et les jokers, faisons attention aux chevaux de Troie. Il en existera. A suivre !

Précédent Le chambardement du challenge ou la mort des essences !
Suivant Senegambia Bridge : La SénéGambie se retrouve !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *