Tounkara troquera-t-il la Patrie contre le Parti ?


Mamadou Sy Tounkara, le plus redouté des journalistes-animateurs de sa génération, vient d’être nommé au poste d’un des X Conseillers du Président Sall. Bravo Grand, sommes-nous tentés d’exclamer, mais restera-t-il le même ?

On le connaissait engagé, déterminé pour la cause des sénégalais d’en-bas. A travers ses différentes émissions, il affiche une ligne éditoriale, somme toute subjective, très partisane. Il n’est officiellement d’aucun parti politique malgré sa tentative, en juillet 2017, de gaganer un siège chez nos très honorables députés catcheurs.

Ancien chargé de la communication de l’Agence pour l’efficacité énergétique (AEME), Tounkara rejoint la Présidence. Il ne sera pas le premier ou le dernier, on le sait.

Cependant, pourra-t-il garder la souveraineté qu’il prônait dans le traitement des sujets d’actus qui touchent la vie des sénégalais qu’il défendait dans ses chroniques et lettres adressées au Premier Sénégalais de la République ?

De grandes plumes de la presse et autres défenseurs de l’intérêt Général l’ont devancé aux côtés du Chef de l’Etat.

Tounkara va-t-il défendre le Pays ou succombera-t-il au poids du Parti ? Autant de questions que se posent ceux qui le suivaient avec intérêt.

Son ancien collègue de la 2stv, le brillant Pape Djibril Fall, lui a proféré des conseils opportuns via une récente vidéo. Il est presque rassuré que le professeur Tounkara gardera son intégrité qu’on lui connaissait.

Certains croient le contraire. Ils trouvent qu’il sera muselé par cette nomination. Difficile de ne pas y croire.

À défaut d’une « loi muselière », la caravane du régime en place préfère avoir des chiens de garde qui aboieraient à l’approche d’un danger que de se regarder en chiens de faïence.

Tounkara ne devait pas accepter ce poste. Il y va de sa crédibilité légendaire.

Mais comme me dit souvent mon mentor : nombreux sont ceux qui empruntent des haut-parleurs le jour pour critiquer le Pouvoir et se transforment le soir en rats de couloir au « Poulailler de la République ».

Il faut y croire mes amis, c’est la triste réalité !

Qui sait, demain La Tribune 221 pourrait devenir la ligne directe de la Présidence République… MDR !

Précédent Inauguration TER : Entre vitesse et précipitation
Suivant Le chambardement du challenge ou la mort des essences !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *