Challengemania : « Yay souwaziir ! »


Les réseaux sociaux sont devenus le miroir de notre cher Sénégal : une terre d’ingéniosité futile. Eh oui, nous sommes champions de la sottise intellectuelle.

Nos cerveaux nous servent à innover, créer de nouvelles tendances mais seulement profitables au DIVERTISSEMENT. Quel gâchis !

Facebook, Instagram et Twitter – ne parlons pas de « Sinapsaatwaayyy » – nous révèlent tout le suivisme que le sénégalais vit dans un Monde de compétition. D’ailleurs, pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’auraient oublié, le mot CHALLENGE signifie compétition ou DÉFI. Seulement dans le monde du digital, il fait écho d’une tendance au profit d’une cause noble, philanthropique, caritative.

Mais au pays de la Téranga pas besoin de charité. « Adouna lepp Térangala ! » Le paraître et le « voyez-moi » ont transformé les internautes en moutons de Panurge. « Di roy ba rombou piiir » …

Icebucket challenge VS Wouyay challenge

Vous vous souvenez sans doute du ALS Icebucket Challenge, cette campagne super virale sur les réseaux sociaux en 2014. La tendance qui avait fait un effet boule de neige devait soutenir la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique. Le challenge qui consistait à se renverser un saut d’eau glacée a été exécuté par plusieurs personnalités ou stars dont Mister Obama, himself, ou encore l’homme le plus riche du monde (jusqu’en 2014), Bill Gates. La campagne avait récolté, tenez vous bien, 50 MILLIARDS de fcfa (100 millions de dollars) pour la lutte contre cette maladie.

Sous nos tropiques, nos challenges sont plutôt orientés vers l’amusement. Vous n’imaginerez jamais notre Macky National se joindre à des challenges de « Wouyay », « Na bagass yi dougg », « Ndeye Gueye challenge » ou je ne sais de quelle autre aberration. Il aurait failli à sa mission de Premier Sénégalais du nom quand bien même il lui arrive de redevenir un vieux croulant aux pas de danse alertes devant ses partisans. Bref, il n’est pas question de lui mais de nos jeunes frères et – surtout – sœurs qui confondent réseau social et miroir. Pas étonnant que la télévision s’est autoproclamée « miroir du Sénégal ».

Bill Gates qui se joint à cette belle initiative … Attendons de voir nos milliardaires en CFA s’y mettre …

Que nous rapportent ces challenges qui naissent à une vitesse record ? Sont-ils devenus la matière première de micro-sitesweb ou de ces webtv à 2 balles qui font de leurs initiateurs des inventeurs d’absurdités.

Les filles du Wouyay challenge ont d’ailleurs ravi la vedette à Thiate Seck, jeune talentueux musicien qui était peu connu avant. Heureusement pour lui qu’on lui a accordé la paternité du « Wouyay ». Et quand il s’agit du « Zeuzeul », c’est le désordre d’un « simb bou tass ». C’est l’enfant dont tous les ambianceurs rêvent d’être le brillant papa.

Je ne parlerai pas des hommes qui se métamorphosent en drag-queen pour s’adonner à des perverties durant la Tamkharit à travers leur challenge Taadiabone.

Il n’y a pas que le système LMD (lutte, musique, danse) qui est accro de la challengemania, les jeunes qui aspirent à la religion aussi s’y mettent, et pas molo hein …

Na gooréé waayy….. tchipppp

Magal challenge VS Gamou challenge

Oh combien j’ai été en colère quand j’ai vu ce nouveau type de challenge émergé sur la toile à l’approche du Magal de Touba. N’étant pas un influenceur des réseaux sociaux audible, crédible et très suivi, j’ai décidé de ruminer mon ire. Mais je suppose que je ne suis pas le seul socionaute irrité par cette tendance pas catholique.

Pourquoi créer une fausse et maladroite concurrence entre confréries à travers des challenges non halal. Ah oui, des filles makupées, telles des marionnettes du carnaval de Rio, jouent à la mime sur des notes de Khassidas ou de chants tidianes. A quoi bon ?

Vous jouez aux inconditionnels disciples, alors respectez ces écrits dont la déclamation est prohibée aux femmes, voix suaves, et pi encore habillées pour aller au fanal.

Macky daff ma warrone faleu ministre de l’intérieur rékk… kone £%§µ% nitte si deukk bi !!!

Du respect svp ! Vous n’avez aucun respect pour vos confréries respectives sinon vous n’engendrerez pas des polémiques ou injures interconfrériques…

Quand le champs religieux s’immisce dans cette tendance de défis inutiles, c’est le comble. Mourides et Tidianes des réseaux sociaux, mettez fin svp à cette pratique ignoble. Nos chefs religieux et leurs œuvres méritent plus de considération et de circonspection.

Maintenant que presque tout est dit, certains continueront à chercher le buzz ou, pour d’autres, une porte d’entrée vers la Jetset. Seulement, certains y perdront des plumes avant d’atteindre le sommet du succès.

Loussi meuna ame, yenay souwazzir rek !!!

Précédent Une rose s’est fanée, une nouvelle leçon pour toute ma vie.
Suivant Ici reposent les brûlés !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *