Japon-Sénégal : Un nul pas si nul …


Le Sénégal a été accroché par le Japon ce dimanche pour le compte de la deuxième journée du groupe H de la Coupe du Monde FIFA Russie 2018. D’autres diront certainement que c’est plutôt le Japon qui a été accroché, tellement les samouraïs ont causé des problèmes aux poulains de Cissé.

Malgré une bonne entame de match ponctué par un but chanceux de Mané, les lions ont trop souvent couru derrière la balle et eu du mal à gagner la bataille du milieu. Les japonais très véloces et joueurs ont transpercé plusieurs fois notre premier rideau rideau défensif où Alfred et Pape Alioune Ndiaye (PAN) n’ont pas été à leurs aises.

Les japonais ont ainsi pu tirer 8 fois aux buts, cadrer 3 fois pour revenir au score à deux reprises. Nous n’avons jamais semblé maîtriser notre sujet dans ce match. Et c’est là où je rejoins ceux qui critiquent Cissé.

Si la prudence au départ densifier le milieu était compréhensible, les changements apportés en cours de match le sont moins. Quand le match change de visage on doit faire évoluer le jeu et non pas rester sur la même disposition tactique.

Pourquoi faire du poste pour poste alors que le match n’est pas maîtrisé et ce n’est point une question de fraîcheur ? Que vient faire Ndoye dans ce match en un moment où un 4-4-2 plus offensif aurait permis de tuer le match ou à défaut contenir les assauts japonais ?

On avait besoin d’aller de l’avant et non de reculer systématiquement. Faire entrer un Diao Baldé et recentrer Sadio au milieu aurait certainement été plus judicieux. Sadio justement qui a encore été peu percutant sur son coté, est crédité d’une prestation moyenne malgré son but.

Cette prestation terne des lions ramène sur la table la question de notre identité de jeu. Quelle est aujourd’hui notre meilleure composition, notre système de jeu ?? Certainement pas la possession.

Nous ne savons pas prendre le jeu à notre compte. Le profil de nos milieux ne permet pas de garder la balle, jouer dans de petits espaces et faire courir l’adversaire. Voila pourquoi certains avaient envie de voir dans cette équipe des joueurs comme Krépin, Santi ou Saivet.

Les Japonais ont quasiment monopolisé la balle dans leurs petits pieds. Ils ont bien occupé les espaces nous contenant dans notre moitié de terrain. Nous avons certes tiré plus de fois aux buts (14), cadré plus que les japonais (7) mais nous avons manqué d’agressivité et de concentration (cf sortie de Khadim sur l’égalisation japonaise).

Leur coach avait annoncé les couleurs en confiant qu’ils allaient jouer avec leur cerveau. Pari réussi, même si les japonais ont également bien été présents aux duels. Comme disait notre consultant maison Seck Modou Gueye « nous avons joué la peur au ventre ».

Dans l’autre match du groupe, notre prochain adversaire, la Colombie, a décollé face à la Pologne. Ils ont été combatifs, très entreprenants et efficaces pour reprendre leur destin en main avec ce 3-0 infligé à la Pologne. Nous sommes prévenus ! L’état d’esprit des colombiens sera à son summum puisqu’ils viendront chercher la victoire qui les qualifierait alors que nous n’auront besoin que d’un point pour passer.

A l’opposé, Sadio Mané affirme sur RFI que « décrocher 1 point ne sera pas difficile ». Il a tord et ce n’est pas le bon discours. Il faudra en vouloir plus que les colombiens. Les latinos doivent impérativement gagner pour rester en Russie et ils viendront gonflés à bloc.

Je ne suis pas pessimiste, non, mais si nous ne retrouvons pas l’état d’esprit du match contre la Pologne, nous serons hors-jeu. Mais on va faire confiance à Aliou.

Bonne chance gaïndés et ne dormez surtout pas comme l’autre « lion » qui vous supporte!


Auteurs : Serigne Cheikh Djitté et Seck Modou Gueye

Précédent What is the Distinction Between Micro & Macroeconomics
Suivant Can your cheap custom essay writing services many there

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *