Pourquoi Sadio n’a pas brillé contre la Pologne ?


L’étoile montante du football européen et africain n’a pas scintillé contre la Pologne. C’est en partie à cause du temps pluvieux qui a traversé une partie du ciel russe diraient des astronomes. En footeux fougueux, je dirai que notre Mané national a doublement été affecté par sa posture de leader de l’équipe sénégalaise.

Nouveau capitaine à bord

Le brassard de capitaine a surement alourdi le jeu et le mental de Sadio. On le connaissait poli et très calme. Il n’a pas sorti ses griffes pour leader ses co-équipiers, ni raller sur la face de l’arbitre. Il était terne et discret de par son caractère comme d’habitude.

Je le voyais rarement donner des directives de repositionnement ou de changement de tactiques demandées par coach Cissé. C’est plutôt Mbaye Niang qui a joué ce rôle par moment. Kouyaté, à son entrée de jeu, a repris le dessus sur le leadership du groupe. A quoi bon alors ce brassard sur le bras de Sadio à part la belle photo après l’échange de fanions ?

La meute d’abord

Cissé a bien fait de neutraliser l’aura de Mané, finaliste et buteur de la Champion’s League. Tout le monde, ou presque, voyait en lui la clef de voûte du succès de l’équipe nationale. Le choix des individualités sacrifiées au profit de l’esprit d’équipe a fonctionné pour le match contre la Pologne.

Sacrifier Mané, qui est habitué à des échappées solitaires, pour compter sur le talent des autres lions a été une tactique imparable pour surprendre nos adversaires. Alioune Cissé s’est, sans doute, inspiré de la stratégie de Klopp qui a ramené sur terre le jeune sénégalais, que l’on qualifié d’incontournable à Liverpool. Et Sadio est d’autant plus bon quand il fait jouer ses co-équipiers.

N’empêche il doit sortir du lot et mener des actions décisives vu son talent et son expérience européenne.

Un jeu trop nonchalant

Le nouveau capitaine des lions avait perdu sa vitesse de pointe face aux polonais. Consigne du coach ou baisse de forme ? Il perdait des duels en contre-attaques en voulant dribbler avec l’extérieur du pied droit qu’il réussit habituellement. Je ne pense pas qu’il ne soit aussi limiter techniquement ou que nos adversaires aient assez compris ses tactiques offensives.

Quand on est le meilleur de sa génération on ne doit pas sombrer au point de passer pour n’importe qui. Cristiano reste buteur même si le Portugal n’assure pas un foot constructif. Il devra nous surprendre s’il veut garder le statut de meneur d’hommes et de l’équipe qu’on lui a conféré avec beaucoup de fierté. A défaut Mbaye Niang pourrait devenir la nouvelle coqueluche des sénégalais et Koulibaly mériterait bien ce brassard arraché de la peau d’un Kouyaté en naufrage.

Au moment ou nous publions cet article, Sadio n’a pas effectué, ce vendredi 22 juin, le voyage pour Ekaterinburg avec ses co-équipiers où se déroulera le match contre le Japon. Et pour cause, il est entre les mains du kiné de l’équipe nationale.

Mané serait-il victime d’une saison fortement intense avec Liverpool ? La fatigue aurait-elle pris le dessus sur la volonté du lion à faire gagner son équipe ?

A suivre ….

Précédent Sénégal-Pologne : Après l'euphorie, place au diagnostic !
Suivant The value of maps and bulbs

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *