Gassama et l’effet Black Panther !


Le nouveau sapeur pompier de Paris !

Mamoudou Gassama est devenu la cerise sur le gâteau que Macron a servi aux yeux du monde pour montrer l’intégration à la version française. Pendant ce temps, en Afrique, le dessert de notre Macky Sall national est dégusté amèrement par l’opinion panafricaniste.

Mamoudou Gassama est devenu un héros aux yeux de tous. Venu de nulle part, il est un messie pour la France. Son exploit, qui rappelons le est un sport ou jeu bien de chez nous, l’a surement propulsé dans le faite du classement des français de l’année, quelques jours après l’incroyable entrée de Zizou dans l’histoire de la Champions League. Si les bleus ne décrochent pas le mondial de Russie, 20 ans après, il sera surement l’homme de l’année.

Qu’est qui explique un tel retentissement médiatique dans l’Hexagone ?

« Une tension sociale à son comble »

La France vit depuis quelques semaines une tension politique et sociale inouïe. Emmanuel Macron, en jeune chef d’Etat fougueux, tient un bras de fer politico-social très musclé voire immuable avec ses détracteurs. La grève des cheminots, le blocus des étudiants, les zadistes de Notre Dame des Landes, la question des fichiers S, les migrants à décamper à Calais, sont autant de sujets qui divisent la France. Les syndicats et les partis de l’opposition restent « insoumis » face à la machine de réformes lancée par « En Marche« . Macron n’a pas donné du temps à ses pourfendeurs pour récupérer, logiquement et sainement, cet instant de repos sur le ring.

Que du bien, quand un événement malheureux se transforme en spectaculaire prouesse au moment où la lutte entre clans était au comble. C’est ainsi que Gassama a dégonflé cette bulle de tension sociale et politique. Il a transformé la polémique en dialogue constructif. Le jeune migrant, musulman et entré illégalement en France, a déconstruit l’étiquette du futur terroriste ou caïd des « quartiers ».

Les français ont partagé à l’unisson la vidéo du SpiderMan parisien. Ils ont même oublié qu’il avait auparavant un SpiderMan français, Alain Robert, qui grimpait les plus grandes tours du monde à mains nues. Gassama est le nouveau super-héros de la France. Il a transformé la fiction en réalité, l’imaginaire en buzz.

Quand Macron sert le dessert sa donne ça !!!

« Black Panther ou SpiderMan »

Ce jeune malien a réussi à sauver cet enfant qui n’allait pas tenir plus longtemps. On aurait dit SuperMan si Gassama avait volé avec une cape. La vitesse d’exécution de son escalade lui a valu le nom de SpiderMan même si ce dernier personnage use de ses talents d’araignée pour ne jamais chuter. Gassama aurait pu y laisser sa vie d’où son héroïsme. Bravo cousin !

Cependant, notons que Mamoudou réalise une prouesse de notre si brave Black Panther qui a montré aux écrans dans le monde entier, le potentiel des Blacks. Ces hommes dont la couleur de la peau constitue un frein à l’ascension sociale, professionnelle et politique. Gassama vient de gommer cette image erronée de « sans papiers » envahissants et qui vivent de l’argent du contribuable français. La naturalisation du malien en situation irrégulière va calmer ceux qui disent souvent que « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Hé bien vos cousins germains en ont accueilli 1 million de migrants sans tambours ni trompettes.

« Une jeunesse aux talents cachés »

L’histoire de Gassama doit aussi servir de piqûre de rappel à nos dirigeants qui doivent croire au « Wakanda », ce pays imaginaire dans Black Panther qui dispose de potentiels insoupçonnés. L’Afrique a du génie en son sein. Seulement, on laisse notre jeunesse passer les frontières aériennes ou maritimes de la Méditerranée pour offrir leur force ou leur cerveau à d’autres nations.

Pour nous jeunes africains, nous devons trouvons en cette si brève réussite de Gassama 2 leçons : le succès est au bout de l’effort et oser entreprendre des initiatives. Sans effort au péril de sa vie, le malien, naturalisé français, n’aurait pas marqué l’histoire avec son geste. Ensuite, il s’est armé d’audace, de courage pour se lancer dans cet exercice sans protection. Il a seulement cru à la forte de ses bras et à son agilité. Il faut croire en soi et attendre peu des autres.

Quand le rêve n’est pas permis, aucun succès ne peut être fait !

Précédent How to Manage Your School Binder
Suivant LISTAB : Les démons de la division parmi nous ...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *