Routes mortelles !


Repose en paix Papis de Gelongal …

Un talentueux compatriote vient de rejoindre ces centaines de victimes sur nos routes mortelles. C’est le 7e art sénégalais qui perd un des meilleurs de la place.

Mais combien sont passés de l’autre côté sans faire la Une de la Presse ? La voix inaudible de feu Papis servira, peut-être, à faire bouger les montagnes de responsabilités qui croulent sur nos routes.

Nous perdons chaque année près de 800 âmes sur le goudron. Que de pères de famille, de mamans, d’amis, de collègues, de voisins nous disent à Dieu atrocement suite à des accidents ! Ils sont nombreux ceux qui vivent parmi nous avec une mobilité réduite ou avec des souvenirs quotidiens de leurs accidents que leur rappellent des cicatrices marquées comme sur de la pierre.

Une double responsabilité !

L’État ne contrôle pas assez et ne punit pas sévèrement. Qui n’avait pas vu cette vidéo, filmée à l’insu des corrompus, d’un « toubab » qui a obtenu un permis sénégalais en 2 jours ! Un record ? Non, certains décroche le sésame sans même savoir comment comment mettre une ceinture de sécurité. La porosité de l’obtention du permis de conduire fait des victimes inéluctablement puisque des chauffards ont la légétimité de tuer avec l’aval des autorités étatiques.

L’État ne punit pas, ou du moins ses représentants. Souvenez-vous de l’agent de la Police de circulation qui mâchait une contravention, un document juridique, quand ses yeux s’enrôlaient pour 2 billets de 1000 francs. La corruption des agents accentue la circulation de voiture-cercueils, de conducteurs indisciplinés et augmente le taux d’accidents routiers. Ne parlons pas de visites techniques ou d’assurance, nous risquons de nous éterniser sur ces manquements qui sont devenus normalités.

Le Sénégalais déteste la discipline. Il respecte pas les règles. Il s’en fout tant qu’il peut faire plus de profit. Ne dit-on pas que « danio gnimmé Yalla ragale alkaati » (nous craignons le policier et pas Dieu) ?

Nous devons penser aux personnes, aux familles qui seront décimées à cause de notre négligence, pour ne pas dire de nos bêtises. Pourquoi rouler à grande vitesse et jouer à Jason Statham (Le Transporteur) sur des routes rétrécies ou mal éclairées, des autoroutes où pâturent des animaux ? La responsabilité des gestionnaires de ces infrastructures de transport est aussi enclenchée surtout pour le cas de feu Papis. Comment une autoroute, inaugurée en grande pompe, que l’on compte parmi les plus belles réalisations du régime actuel, peut devenir un cimetière à ciel ouvert et pis encore obscure ?

Nous sommes toujours dans l’ornement et les grandes annonces. Les politiques inaugurent des infrastructures défectueuses et les concitoyens révèlent les défaillances techniques et humaines de nos routes.

Paix à ceux qui ne pourront jamais porter plainte contre les co-responsables ni sensibiliser leurs proches sur les dangers roulants dans notre cher pauvre pays !

Précédent GUEDIAWAYE FC : L’EXCELLENCE TUÉE DANS L’ŒUF ?
Suivant Ahoi meine sehr geehrten Damen und Herren!

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *