Macky, la bête politique !


Macky SALL est un homme rusé. Il est aussi fin qu’Abdou DIOUF, plus rusé que SENGHOR et plus fourbe que WADE. Il y a autant de Macky SALL que de situations. Il est l’exemple vivant du principe de Nicolas Machiavel selon lequel « le chef de l’Etat ne doit pas obéir à une morale fixe, mais s’adapter aux circonstances ». Macky rit et sourit, menace et cogne, emprisonne et exile, distribue de l’argent et des billets pour la Mecque, fait et défait des hommes, brise des carrières, anéantit des familles. Notre Macky national est prêt à tout pour conserver son fauteuil en essayant de mettre « ses sujets hors d’état de nuire et même d’y penser ».

Sa dernière victime est Khalifa Ababacar SALL, le très apprécié maire de Dakar, potentiel candidat aux prochaines élections présidentielles. Il a été finalement condamné à 5 ans de prison ferme pour escroquerie de deniers publics, faux et usage de faux, après un procès éminemment politique, pour un motif réel peut être dans les faits mais « inserieux » dans le principe si l’on considère l’histoire politico-judiciaire du Sénégal. (LT221 y reviendra certainement).

Ceci n’est pas nouveau pour le très politique Macky SALL, rappelons-le. En 2005, Macky, premier ministre sous WADE, lisant durant le journal télévisé de 20H, les accusations contre Idrissa SECK dans l’affaire des chantiers de Thiès, même si ce dernier a fini par avoir un non-lieu total. Son image fut à jamais ternie, son poste de premier ministre perdu, sa carrière politique corrompue. Sans bruit, Macky SALL a récolté tout le gain politique de l’affaire Idrissa SECK. On sait aujourd’hui qu’il était à l’origine de certains journaux qui avaient pour unique ligne éditoriale de casser tout ce qui pouvait le gêner.

Le summum fut sans conteste l’affaire Karim WADE. Macky l’a mené avec des mains de fer. Contre vents et marrées, malgré les lobbys internationaux, les interventions de toute la classe maraboutique, même sous les insultes d’un Abdoulaye WADE dans tous ses états, Macky SALL est resté de marbre, il a inculpé, jugé, emprisonné et négocié les termes politiques de sa grâce.

Avec le système du parrainage, Macky SALL a désormais l’opportunité de choisir ses candidats, et il ne se gênera surement pas pour en profiter. Ousmane SONKO et dans une moindre mesure Idrissa SECK sont prévenus : si cette loi passe, leur candidature aux prochaines élections devient hypothétique.

Macky sait comment mettre sous contrôle ses opposants, il sait quand être ferme, il n’aime pas la dissidence. Avec Macky SALL, la fin justifie les moyens, et comme Machiavel, « si le politique est menacé par ses opposants, il ne doit pas s’empêcher de les emprisonner ».

IL sait quand et comment combattre avec la loi ou par la force. Il sait se muer en renard pour déjouer les pièges, il sait se transformer en lion pour effrayer les loups.

Précédent Berkane vs Génération Foot : L’arbitrage, le facteur X
Suivant Parrainage : L'insulte parlementaire !

1 Comment

  1. 19 avril 2018
    Répondre

    Nioun founiou dieum ak kiiii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *