Songué a tort, ses défenseurs sont malades !


Je vais tout de suite balayer les élucubrations de ces « illuminés » qui voient partout une « manipulation de l’opinion » et/ou une « main cachée des féministes ». C’est un professeur qui a parlé dans une télé et nous l’avons tous entendu. Pas de paranoïa nécessaire !

Je voudrais aussi d’emblée écarter ces « brillants esprits » qui trouvent toujours le moyen d’opposer les hommes et les femmes. Ce n’est pas un débat de genre car autant les hommes que les femmes ont été touchés par les propos du professeur. Gnou bayi diakhassé mélangé bi !

Ceci dit, le professeur dit avoir voulu « couper la poire en deux » en disant aux femmes qu’elles « font tout pour que nous (les) violons… », faisant référence à leur habillement. C’est extrêmement grave de faire une telle corrélation et le fait de l’entendre dire « j’assume entièrement mes propos » est juste aberrant !

Pour une fois, le Pr a tort et il devrait avoir l’humilité de présenter de vraies excuses au lieu de chercher à se justifier et insister sur sa bêtise. Fusse-t-il un professeur émérite, comme ses défenseurs aiment à le rappeler, c’est un être humain et il lui arrive de se tromper. C’est dans ce seul sens que je suis compréhensif avec lui et lui tolère cette grosse bêtise car il nous a quand même habitué à de pertinentes réflexions. Juste lui suggérer, la prochaine fois qu’il aura envie de donner des leçons de morales « à (ses) filles », qu’il le fasse dans l’intimité de SA maison.

Un sage homme m’a dit un jour : « Sénégala ngui commencer yakhou beuss bagnou khamétoul, wakhi biir néég, wakhi biir eutt ak wakhi pénc » (le Sénégal a commencé à perdre ses valeurs le jour où l’on cessé de faire la différence entre ce qui doit se dire dans l’intimité d’une chambre ou d’une maison et ce qui peut se dire en public). Le professeur a indéniablement « oublié » de se taire ce vendredi 9 mars 2018. Il en apprendra certainement. C’est donc moins sa « maladresse » qui m’a outré que le fait de vouloir la justifier. J’en ai mieux compris, à travers cette affaire, combien l’idiotie a encore de beaux jours sous nos cieux. Certains nous sortent, « l’islam demande aux femmes de s’habiller décemment ». Oui mais pourquoi vous ne dites pas que l’islam demande aussi aux hommes de baisser les yeux devant les femmes ?

D’autres nous disent que « oui mais on voit des femmes harceler des hommes jusque dans leurs bureaux ». Et après ? On parle de viol là. Peut-être avez-vous besoin qu’on vous fasse un dessin pour que vous compreniez ce qu’est un viol.

Des enfants sont violés, des femmes décentes sont violées, des extraverties aussi. Le viol n’a donc pas de rapport de causalité avec l’habillement. Que la femme se pavane nue en public si cela lui chante : cela ne justifie pas le viol. Goor bou ci meunoul téyé sa bopp yaw ya fébar, bou ko djign jigen gni démal fadiou ji. Quand Pr Songué dit « nous », il parle effectivement de vous, les malades !

Laissez nos sœurs, nos filles, nos mères et nos épouses tranquilles et allez voir un psy si votre maladie persiste. Et pendant qu’on y est, faites en sorte que vos femmes s’habillent « décemment » car il ne faudrait surtout pas que l’envie vous vienne de « les violer ». C’est un conseil de frère.

Précédent En Phase avec Professeur Songué
Suivant Ngani : l’habillement sexy est une cause de viol ?

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *