7 leçons à retenir de Cheikh Sidy Mokhtar


Le 7e Khalif de la Mouriddiyah a terminé sa mission sur terre, laissant derrière lui de multiples actes et actions qui devront nous servir de leçons de vie. Il aura vécu en tant que Khalif des Mourides, Unificateur de l’Islam et Citoyen modèle.

1 – Le silence vaut de l’or

Cheikh Sidy Mokhtar a marqué tous ses contemporains par son silence bruyant et sa posture immuable. Ce silence est parti rejoindre le silence éternel. C’est aujourd’hui que ce silence parle de lui même à travers les réalisations qu’il a posées de son vivant. Le verbe est sénégalais, certes, mais Cheikh Sidy Mokhtar nous a livré un cours magistral sur l’intérêt de retenir ses propos de ce qui n’est ni utile ni unificateur. Rien ne peut entâcher ce si beau portrait que le silence lui a dessiné. Il est l’antidote contre les calomnies. Inspirons nous de cette qualité ô combien noble.

2 – Seul le travail paie

En tant que chef religieux, Cheikh Sidy Mokhtar pouvait tout avoir de sa « baraka » ou des « addiyah » mais il était un remarquable agriculteur et amoureux de ses terroirs lointains. Il a ainsi fait de cet adage un viatique. Tous les jeunes marabouts et gentle maras doivent s’en inspirer et faire du travail un sacerdoce à côté du tapis de prières, du chapelet et des divans. Les milliards de FCFA qu’il a injectés dans les projets de Touba et dans des actions humanitaires sont le fruit d’un labeur. Le travail ennoblit disait-il : koudoule ligueye dinga diéppé wala niou diépila.

3 – Tous les musulmans sont des frères

Au début de son magistère, le 7e Khalif de Bamba avait lancé une nouvelle feuille de route qui n’avait pas fait l’unanimité auprès de la communauté mouride. En effet, Cheikh Sidy Mokhtar avait dit sans détour que Serigne Touba et Aladji Malick ne font qu’un. Un dans l’unité fraternelle, dans la promotion de l’Unicité de Dieu et dans l’union des cœurs. C’est à sa disparition qu’on verra les fruits de ce pourquoi il était intransigeant : la fraternité musulmane. Du Maroc au Soudan, passant par la Mauritanie, des visites des Khalifs généraux dont la présence si remarquable de Serigne Babacar Sy Mansour, tout montrait la beauté de ce pan de l’Islam qu’il a redoré durant son Khalifa. L’Église a rendu aussi un vibrant hommage à cet homme de Dieu qui a prôné la paix, la concorde et la coexistence religieuse selon les propos de Monseigneur Benjamin Sarr qui lui avait rendu visite il y a un an.

4 – Korité et Tabaski à l’unisson

L’une des plus belles réalisations de son projet d’unifier les familles confrériques est la célébration des 2 grandes fêtes musulmanes que sont la Korité et la Tabaski. Plus de « yakalanté » en différé entre voisins, plus de 2 prières dans le même quartier. Plus de « voici la vraie lune », plus de « ammoo koor », « méddeu nga tabaské ». Plus de « Tabaski mouride yi » ou « Korité tijaane yi ». Les enfants pourront désormais aller chercher des ndéweuneule ensemble sans être déboutés par ceux qui n’ont pas encore fêté. La presse fera moins de Une sur 2 ou 3 tabaski. Cheikh Sidy Mokhtar aura également résolu le casse-tête de la Commission chargée du Croissant lunaire qui avait perdu toute crédibilité.

Humilité et silence

 

5 – De citoyen ordinaire à citoyen modèle

Cheikh Sidy Mokhtar ne se prenait pas pour un citoyen extraordinaire même s’il en est un. Il ne le revendiquait pas. Ses actions ont montré qu’il est – je l’assume entièrement – le citoyen modèle par excellence. Souvenez vous lors des inondations, il offrait aux victimes des eaux une enveloppe, ou plutôt des valises, de 1000 millions de francs CFA. 1 MILLIARD remis à des gens qu’ils ne connait même pas, qui ne viendront pas chanter les louanges de « Balla Aïcha ak Sadio », ni ne lui seront redevables de cet acte. Quel riche milliardaire le fera sans tambours ni trompettes ni flash ni buzz ? Quelle grande entreprise aura fait pareille action dans le cadre de sa politique RSE ou pour du mécénat ? Dites le moi !

6 – Khidmatul Cheikh

Les mourides devront, en premier, tirer les conclusions de ces réalisations de Cheikh Sidy Mokhtar qui les a enveloppées d’un voile de silence. Il aura entrepris des projets colossaux à savoir la Mosquée de Touba redecorée, Masalikal Jinane sorti de terre et la rénovation de la Grande Université Khadimur Rassul lancée par le Batisseur Cheikh Abd Lahi Ahad. Il a octroyé on ne sait combien de milliards pour tous ces projets et sur fonds propres. S’aurait été idéal et reconnaissant qu’on ait terminé les travaux des 2 mosquées et qu’il les bénisse après livraison. Seulement, par manque de gestion efficiente et un ralentissement des apports des contribuables mourides, ces projets accusent toujours un retard de finition. Cheikh Sidy Mokhtar a donné le « la » et s’est engagé personnellement dans ces projets. Il aura, sans équivoque, la rétribution du Très Haut et la bénédiction de Cheikhul Khadim.

7 – Brisez les calomnies

La première leçon est de garder le silence, la dernière sera briser les calomnies. Face à la cabale contre son porte parole Cheikh Bass Abd Qadr, il avait remis de l’ordre dans la Mouriddiyah en interdisant toute calomnie contre celui à qui il a confié « sa Parole, ses Yeux et ses Pieds ». Cheikh Sidy Mokhtar combattait la calomnie et l’humiliation des gens. Ceux qui jouaient aux mauvais haut-parleurs aux HLM en huant le Président Sall ont vu leur maladresse rectifiée par le Cheikh qui avait offert une belle valise remplie de tenues bénies, de parfums au chef de l’Etat gracieusement remis par son chambellan Cheikh Ndiaye le lendemain, et attiré les foudres du Khalif qui a mis en garde ceux qui oseraient refaire un acte du genre. Il préservait l’honneur des lésés. Chose que les sénégalais, de tous azimuts, doivent faire siennes et éviter les « yakk derr », « wakh diou niaww », « dieuwanté » et autres croc-en-jambes de la langue bifide et de l’esprit malveillant. Que Dieu nous en préserve.

Retenons mes cher(e)s ces leçons de la vie qui n’ont rien de « baatine ». Il s’agit juste de qualités humaines et d’actions accomplies pour la Face de Dieu et au services des populations.

Enfin, prions tous pour que le nouveau Khalif, Cheikh MuntaQa Bachiir, puisse mener à bien sa nouvelle mission ô combien lourde et difficile. Fasse Allah qu’il ait une longévité jamais égalée et une santé d’acier au profit du rayonnement de l’Islam, de la Sunnah Muhammadie et de l’Œuvre de Cheikhoul Khadim.

Précédent Migrants, mourez en Libye et pas sur nos côtes !
Suivant As a nominee, I realize that the Country wide Honour Culture can be an recognize to stay in by itself.

1 Comment

  1. 16 janvier 2018
    Répondre

    Tout ce qui vaut d’être dit est dit !!! Très belle synthèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *