Seneporno … et puis quoi encore ?


Nul n’ignorait son existence. À son apparition les spéculations avaient fait bon train, certains attribuant sa paternité à un expatrié, d’autres hackers bienveillants comme Mame Cheikh Ibra Niang tentaient depuis quelques temps de pirater ce site ô combien protégé et domicilié à l’étranger.

Le public, qui en a fait un des sites les plus visités par les internautes sénégalais, est foncièrement issu de la Toile sénégalaise. Inutile donc de procéder à un profilage. A présent, seule la Brigade de cybercriminalité aurait, semble-t-il, pu y porter quelques coups comme celui de choper récemment un des « fournisseurs » en contenus.

Cupidité, crédulité et arrivisme auraient mené ses victimes à l’envoi irréparable de leur intimité vu l’appât avec lequel le chasseur ferrait les jeunes filles trop attirées par l’odeur de l’argent en sus de celles piégées. Mais bref, faut-il s’en offusquer quand il est devenu impossible d’oser porter le doigt sur toute cette dépravation des mœurs, sur la salacité du langage et l’impudeur sensible dans nos rues, visibles sur nos écrans, audibles sur nos radios, lisibles sur tous nos papiers de journaux et exacerbés par l’arrivée d’Internet et des réseaux sociaux.

Publicité, Téléfilms, Téléréalités, émissions audiovisuelles et cætera, on franchit peu à peu le pas, timidement mais sûrement. L’inacceptable devient banal comme le verbe et sa vulgarité à tel point que les heures de grandes audiences ne sont même plus aménagées pour ménager une partie inconsciente d’un public hétérogène. A croire même que sous les autres cieux de la liberté et du « libertinage supposé », on est, au moins, bien plus regardant sur les programmes diffusés ainsi que les bandes signalétiques de restrictions aux mineurs que chez nous.

des auberges à tous coins de rue, la TV qui promeut le libertinage …. ce n’est pas pour demain le Vatican ou la Mecque !

« Ainsi va le monde » pense-t-on, mais on ne le dira pas haut et fort car, quoiqu’il en soit, il y a une once de retenue qui permet tout de même d’espérer. Le monde bouge avec son lot d’histoires d’argent, de sexe et de scandales et ainsi nous, sénégalais, le suivons tête baissée dans sa perte car, malheureusement, il n’est pas de meilleur moyen de se ridiculiser que de tenter de s’irriter contre les dérives morales d’une société où on sait et fait pourtant le Mal.

Hors de moi l’idée d’un puritanisme, nul n’est certes saint ni parfait mais le minimum est dicible sans complexe. D’autant plus que dénoncer ne relève même pas de la religion puisque bien avant nos valeurs culturelles réprouvent l’impudeur grandissante urbi et orbi.

D’ailleurs qui sommes-nous au final ?

Nous tous nous revendiquons de vertus ancestrales, d’Hommes et de Femmes de valeurs disparus. Pour ceux présents et en retrait de la vie mondaine, il n’aurait suffi que d’écouter les professions de bonne foi de leurs disciples pour ne pas s’enticher de trop vifs conseils. A leur place aussi j’en croirais inconsciemment le plus grand bien à une heure où la morale se délite gravement.

En attendant de voir la suite, voilà pour finir, en substance, un commentaire fort en conseils d’un africain anglophone sur son mur Facebook, qui, je l’espère, servira à quelques-uns et quelques-unes : « Je visite Seneporno afin de voir les séquences de ces jeunes filles qui envoient des vidéos érotiques à leurs copains. Si vous aussi vous êtes une fille et vous pensez le faire, visitez d’abord ce site et regardez par vous-mêmes où elles peuvent finir … »

Précédent Russie 2018 : Humilité les gars !
Suivant Un aller simple Washington-Jérusalem

1 Comment

  1. Abdou
    18 décembre 2017
    Répondre

    vous avez tout dit mr Ngom. il faut qu e les autorités prennent leurs responsabilités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *