WADE ou Macky, Qui est le maître du « Je » ?


WADE est un sage au sens conficussien du terme. Il n’est pas comme un vase ou un instrument qui a qu’un usage, il est apte à tout. Tout pour voir son fils accéder au pouvoir. Tout ce qu’il fait, ou ne fait pas, contribue à l’atteinte de son objectif ultime : mettre son fils Karim WADE à la tête du pouvoir.

Macky SALL est un homme silencieux. Il sait que le silence est un ami qui ne trahit jamais. Il a l’avantage de détenir le tableau de bord du navire « Sénégal ». Il l’utilise à sa guise. Il a la latitude de réajuster son comportement en fonction de la couleur des clignotants. Il fait cap sur 2019. Toute son énergie est catalysée sur la réélection.

2019 ! Deux hommes. Un destin, une histoire. Les deux hommes ne se sont pas vus, du moins officiellement, depuis le 2 avril 2012, date de la passation du pouvoir aux lendemains de l’élection présidentielle. WADE venait de céder définitivement le pouvoir après 12 ans de règne à son ancien premier ministre Macky SALL.

Le round d’observation n’aura duré que quelques mois. Le dossier de la traque des biens mal acquis est ouvert. Un feuilleton politico-mediatico-judiciare lancé. Karim WADE arrêté, jugé, condamné et mis en prison. WADE vient de recevoir un coup fatal, Macky de réaliser un coup de maître. Un potentiel adversaire venait d’être éliminé et le pays n’est pas parti en lambeaux comme l’avait promis WADE père et Cie.

Abdoulaye WADE est rentré de Versailles pour sauver le soldat KARIM. Macky SALL est resté de marbre face aux différentes interventions de toutes les sommités nationales et internationales. WADE père utilisera toutes les armes conventionnelles et non conventionnelles, des conférences de presse aux manifestations de rue, des menaces aux insultes, de la délation auprès des chefs religieux à la décrédibilisation au niveau international, rien n’y fait, Macky SALL s’emmure dans son silence. Karim WADE restera en prison pendant trois longues années.

Tel père, tel fils …. Mais Macky veut mettre fin à la règle, au proverbe !

Karim WADE sortira de prison un 23 juin 2016. Macky SALL en a décidé ainsi. Il a choisi sa date, son heure, sa méthode et ses conditions. Le vieux père WADE et son fils n’ont eu aucune marge de manœuvre. Karim est exilé au Qatar. Macky SALL vient de montrer au monde sa suprématie sur son monde. Les WADE réalisent que « c’est seulement quand l’hiver est arrivé qu’on s’aperçoit que le pin et le cyprès perdent leurs feuilles après tous les autres arbres ».

WADE fils ne mettra plus les pieds au Sénégal, du moins pas avant les élections présidentielles 2019; c’est ce que semble dire le cercle très fermé des personnes au fait du protocole de Qatar et que les faits semblent corroborer. Des dates de retour sont souvent évoquées, mais toujours avortées. Ce qui a obligé WADE père, malgré ses neuf décennies à remettre son manteau d’opposant et diriger la liste Taxawu Sénégal lors des élections législatives.

Il a montré qu’il a de beaux restes, qu’il a encore l’estime d’une bonne partie des sénégalais, qu’il maitrise toujours l’électorat de Touba et qu’il encore une capacité de nuisance qu’il branle à chaque fois que l’occasion se présente. Il affirmera que ces élections sont truquées et qu’il n’accepterait pas les résultats, qu’il n’accepterait pas de participer aux élections tant que c’est Abdoulaye DAOUDA Diallo, ministre de l’intérieur qui les organise.

Pour la première fois depuis 2012, WADE semble détenir des cartes réelles à jouer. Il profite même de sa proximité avec les chefs religieux pour descendre Macky SALL lors des cérémonies religieuses devant un public qui semble apprécier. Le président SALL, malgré ses efforts de modernisation des villes religieuses, est très maladroit dans ses comportements face à ces religieux qui évoluent dans un registre particulier. Il n’est toujours pas accepté comme il se doit dans la plupart des foyers religieux.

La famille d’abord et le peuple après !

Le très silencieux Macky veut sa paix avec les WADE, parce qu’il n’a plus besoin de la guerre. Il a résolu deux équations majeures : mettre hors circuit Karim WADE et Khalifa SALL. Il veut aller tranquillement aux élections sans les deux cités, mais dans le calme. Pour cela, il veut fumer le calumet de la paix et se faire une santé dans la hiérarchie religieuse et notamment mouride.

Donner le nom de WADE à l’AIBD est le dernier acte que Maky SALL a posé pour se rapprocher des WADE. Ce dernier a bien lu le jeu. Non seulement il ne l’accepte pas mais il menace de porter plainte. Le dialogue de ce 21 novembre n’est en effet qu’un leurre de plus.

L’enjeu n’est pas le Sénégal ni le processus électoral. Il s’agit d’un jeu de dupes entre deux hommes qui font et défont le calendrier politique en fonction des enjeux du moment. WADE a affirmé récemment que « Macky Sall veut tromper l’opinion en couvrant d’une voix tonitruante, un soi-disant dialogue national ou une paix sociale….Il parle de dialogue national, il dit qu’il veut dialoguer avec l’opposition, mais en réalité, on constate qu’il n’est pas dans l’attitude d’un homme qui veut dialoguer.

WADE n’est pas intéressé par le dialogue, il n’est intéressé que par l’avenir de son fils. Il accepterait tout de Macky si ce dernier accepte le retour de son fils. Macky n’est pas un homme de dialogue, c’est quelqu’un de solitaire, mais il veut sa paix et aller aux élections présidentielles de 2019 sans un WADE en face.

C’est une affaire de famille, tout le reste n’est que de la poudre aux yeux.

Précédent Russie 2018 : Gaïndé ngi yalwaan !
Suivant Faux médicaments : Consommation "100" dangers !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *