Du Magal au carnaval !


《Ventre plein, négro content et la danse commence》

Touba, la capitale mouride, a reçu des millions de fidèles et des personnalités de tous abords. Politiciens, musiciens, sportifs, comédiens … ont tous afflué vers la ville de Bamba. Entre le culte et les berndés, certains célèbrent le Magal sous le signe du glamour.

La jet-set sénégalaise donne une touche « peu appréciable » à cet événement religieux. Pendant que la ville sainte vibre aux rythmes des Qassidas, certains, dans des coins privés, marquent l’événement dans une ambiance de carnaval. Un magal dans le Grand Magal, suis-je tenté de dire.

Et pour cause, nos stars sont les invités d’honneur des « gentlemaras » et deviennent en l’espace de quelques jours, « super bayfall », « mouride sadikh ». Entre « sagnessé » et photos buzz avec untel marabout, Snap et Facebook ne désemplissent pas. Les sites en ligne aussi rivalisent de scoops, vidéos et photos exclusives.

Est-ce permis en ce jour de réjouissance de se pavaner sous diverses tenues traditionnelles dans ce qui frise le fanal de Saint Louis ?

Ani gentlemara yi ??

Le Magal doit se fêter dans le culte et le festin certes, cependant, il est dommage de voir tout Touba être sur les projecteurs des médias qui guettent les pseudos stars ou gentlemaras. Malheureusement, ces personnages entachent l’aspect solennel du Magal qui est désormais suivi partout dans le monde.

D’après les recommandations du Cheikh, que ne cessent de rappeler les khalifs de Touba, le Magal doit se célébrer dans le culte, la lecture du Saint Coran et des Qassidas, puis, dans le berndé. Malheureusement, les papilles gustatives prennent le dessus sur les sensations et la raison. On donne plus d’importance au berndé. Résultat : on est plus dans un carnaval qu’un vrai Magal.

Les strass et palettes ornent les belles tenues décolletées des dames qui redressent momentanément leurs longues crinières human-hair. Teint luisant de « khessale », make-up from Rio de Janero, tenues de « kheiww », bijoux et accessoires de « défanté ».

Qui est responsable de tout ce cirque ? Les marabouts ? Les talibés qui font de ces stars leurs hôtes ? Snap ? Les sites d’infos ? Je vous laisserai répondre à cela et prendre acte de cette tournure, déshonorable, que prend le Magal.

Le marathon politique qui dénature la ville sainte

En plus, on met la charrue avant les bœufs. Bonjour le concours des « nakk ». Un Waly Seck, pour ne pas le nommer, offre 33 bœufs à qui il veut et on les montre au vu de tous et le voici devenu un « mouride sadikh » ?! Même un Cheikh Amar qui est adulé pour ses milliards ne pourrait y prétendre. Ceux qui ont mérité le grade de « Mouride Sadikh » se comptent aux doigts de la main. Donc, soyez respectueux envers la communauté mouride et, de surcroît, son fondateur qui n’octroyait pas ce titre tous vents.

Le Magal s’est transformé en carnaval de vaches folles. Ayons le courage de l’assumer. C’est vraiment dommage !

Je vous épargnerai des développements sans intérêt du marathon politique à Touba qui présageait même d’une réconciliation entre Gorgui et Lam Torro. Idy, Tanor et consort ont été les hôtes des marabouts aux multiples témoignages et prières. Un autre cirque qui a attiré des foules sur les grandes artères de la ville sainte.

Pendant que certains pleurent leurs parents morts tragiquement sur les routes ralliant Touba, d’autres se lèchent les doigts autour des mets succulents. Dans l’indifférence de tous, ne soyons pas surpris qu’un jour, le Grand Théâtre du Magal ne voit jour ou encore Sen petit Magal.

Alors, ton Magal est « validé » ou pas ?

Précédent The best way to Pick Up a friend or relative in a Bartenders or a To be a member
Suivant Deciding upon a Intense Husband

3 Comments

  1. boubacar
    13 novembre 2017
    Répondre

    Franchement, ce récit m’a beaucoup appris dans l’ensemble. Un petit Carnaval dans le grand Magal de Touba, des gentlemaras, les super baye fall, tous donnent une image qui tirent plus vers la banalisation de la fête dans l’islam ( D’après mes lectures, les fêtes dans l’islam doivent être des jours de prières et d’adoration) et une image médiocre du Grand Magal de Touba, le seul événement islamique dont on a la pleine propriété.
    Mais retenons que ce que l’on voit ce n’est pas le Grand Magal, c’est juste un petit groupe qui veut s’en accaparer avec l’aide de Satan, mais ça ne va passer incha allah.

  2. motsdoux
    14 novembre 2017
    Répondre

    Ce n’est que l’arbre qui cache la forêt. Même dans les maisonnettes on voit une sorte de bamboula au soir du magal. Malgré la fatigue et l’envie de dormir qui minent les visages super maquillés, chacun tente tant bien que mal d’appuyer sur la touche # pour valider son Magal sur Snapchat, whatssap, instagram…

  3. Aminata mbaye
    14 décembre 2017
    Répondre

    Le magal de touba n’est pas célèbre comme l’avait recommandé notre grand cheikh. Il ressemble à un carnaval aminé par des soit disant talibés que je qualifie de nouvelle génération encadrés par des jeunes marabous non instruits qui se croient tous permis……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *