Magal : Kom-kom gouy magg


250 milliards : c’est le flux d’argent généré par le grand Magal de Touba en 2016, selon l’étude réalisée par l’Université Alioune Diop de Bambey. Avec un taux de croissance de 25%, ce chiffre devrait dépasser la barre des 300 milliards lors de cette édition 2017. Pour ceux qui aiment les comparaisons, c’est par exemple 10% du budget national.

Mais comment cette ville sainte de prés de 800.000 habitants est devenue la deuxième ville économique du Sénégal après Dakar, la capitale ? Serigne bi ak Magal gui.

Qui n’a pas encore entendu le slogan « Yonou mouride amoul tanki guinaw, kanam rék » ? Le magal en est l’illustration parfaite, lui qui draine un taux de mobilisation annuelle de plus de 31%. Les mourides, profondément convaincus par le « lo ci déf rén bou déwéné nga meun louko eup », n’hésitent pas à « se ruiner » pour satisfaire les besoins liés à cet événement de dimension internationale.

Le Magal, un jour de Choukr et de Zikr

On le prépare durant des mois, on invite les amis, on investit dans la maison pour l’accueil des pèlerins, on participe aux cotisations des dahiras et le jour-j on donne TOUT. Absolument TOUT ! Cette « rivalité » dans le bien est l’essence même de l’essor du Magal quand on sait on sait que l’une des valeurs essentielles du mouridisme est le travail. Liguey diokhé! Baye Fall vous avez dit?

Oui, Mame Cheikh Ibrahima Fall a montré la voie et qui veut aboutir à « la lumière » la suivra. De partout dans le monde donc, des hommes et femmes, musulmans ou pas, affluent chaque année vers la ville sainte de Touba pour ce qui, après celui de la Mecque, constitue certainement le plus grand pèlerinage au monde. Justifiée pour qui connait ce que représente Khadimoul Rassoul dans l’islam.

bernééle gane yi ak mbokk yi, dolii sant Yallah !

Deux mois avant le Magal déjà, l’activité économique de la ville connait une hausse pouvant aller jusqu’à 45%. Le jour-j, économiquement, seule Touba respire au Sénégal. Guinar ba guelém dara dou dess ! Et les ngueyenne se régalent. Cette partie essentielle du Magal (pas la seule car il y’a aussi la lecture du Coran et des Xassaid) est la raison principale de l’économie grandissante autour de l’événement.

S’il est vrai, comme le disait mon ami peulh, que « lékk guinar rék takhoul mourides yi di diougué Europe ak Etats-Unis… » (rires), il n’en demeure pas moins que l’affluence grandissante, édition après édition, est fortement liée aux succulents mets distribués gracieusement et en abondance partout à Touba.

Lo ci meun di dégg mourides yi dagno khawa am touti doff : fagn dieumalé magal kén khamou ko ! Wayé gnou wakh ko té dound : kén dou Serigne Touba !

Bon magal à toutes et à tous.

Précédent Saafara’s 18 Safar
Suivant Borom "Touba" !

2 Comments

  1. […] village est devenu la 2e ville économique et démographique du pays. Son plus grand événement, le Magal de Touba, génère près de 250 milliards de FCFA en l’espace de quelques […]

  2. […] village est devenu la 2e ville économique et démographique du pays. Son plus grand événement, le Magal de Touba, génère près de 250 milliards de FCFA en l’espace de quelques […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *