Menace terroriste : Presse complice !


Nos braves commandos

Bon sang, gardez votre sang froid

Nous avons tous eu des sueurs froides quand on lit, écoute, voit ce qui se dit dans la presse ces temps ci. Alerte maximale dans nos esprits, menace minimale en réalité.

Que nous arrive-t-il pour nous emballer si vite après un communiqué de l’Oncle Sam qui avertit, trop souvent, ses ressortissants de ne pas fréquenter les lieux potentiellement cibles d’attaques terroristes ?

Bon sang, Retenez vous chers journalistes ! Pourquoi donner une importance monstrueuse à un communiqué qui concerne quelques milliers, ou peu, d’américains au risque d’installer la terreur chez 14 millions de sénégalais ? Nos services secrets sont très bien formés et sont alertes sur tout ce qui bouge. Donc de grâce, concentrez vous sur les choses qui ont plus d’importance.

Un obus trouvé sur la baie de la corniche fait la Une et figure sur les titres de tous les médias. Mais basta alors !

Vous n’aurez donc pas compris que la culture de la terreur plombe l’économie, la libre circulation des personnes et alimente des débats terrifiants.

Un obus échoué sur les roches et tous s’affolent …

《Presse terrifiée, presse complice》

Les Etats Unis souffrent toujours d’attentats ou de fusillades mais ils n’exposent pas ces faits en boucle dans la presse. Des pays comme la France ont compris que les médias doivent trier et prendre l’information sur des menaces, attaques ou exécutions terroristes à défaut de devenir, inconsciemment, un relais de propagande de la terreur. Faites pareil, évitez de nourrir la peur chez nos compatriotes.

De même, des arrestations de « présumés terroristes » – beaucoup ne comprennent pas que c’est de la présomption – ne doit pas enflammer l’opinion sénégalaise pour se mettre en alerte rouge.

Dans une radio de la place, un journaliste, que je respecte, disait récemment : combien sont passés dans les mailles du filet ? J’ai envie de lui répondre : combien n’ont pas été déclarés par les services de renseignements ?

Une presse en quête de sensationnel pour mieux VENDRE au lieu de MIEUX INFORMER

《Des services proactifs》

Le Sénégal a jusque là, touchons du bois, bien gardé ses frontières contre l’épidémie Boko Haram qui se propage dans notre sous-région. Nous avons, modestement, le meilleur service de sûreté territoriale de l’Afrique de l’ouest et cela donne ses fruits. Seulement, il n’est pas coutume de tout dire en matière de sécurité nationale.

Nous sommes une référence sous régionale dans la prévention du terrorisme. Des instituts comme IPS et Timbuktu contribuent intellectuellement à comprendre et prévenir ce fléau. Notre Police et notre Gendarmerie abattent un travail de coulisse pour nous protéger. Nos imams et chefs religieux nous éloignent de l’enrôlement des jeunes, hommes et femmes.

La presse ne doit pas être l’entonnoir d’une peur bleue. Elle doit être au devant d’une guerre de l’assurance, de la prévention et du soutien moral si, malheureusement, le besoin se présente.

Gardez votre sang froid !

Précédent Affaire Diack : Prudence !
Suivant Pauvre de nous !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *