Foot moderne: Kaagn moy wax !


Footbusiness !

“Kaagn moy wax” (C’est l’argent qui parle) et Paris ne me démentira pas. Le feuilleton Neymar, qui a littéralement défrayé la chronique du dernier mercato d’été, a fini de montrer combien l’argent domine le football moderne. 222 millions d’euros pour un transfert : c’est assez pour acheter des cahiers et stylos à toutes les écoles du monde et en construire même quelques-unes de A à Z. Immoral ? Bah, allez l’expliquer à Papa Neymar !

Si le football, appelé « sport roi », est désigné comme le sport le plus populaire du monde, force est de constater qu’il tend à devenir l’affaire d’une élite. La preuve, depuis quelques années, ce sont toujours les mêmes clubs qui dominent le football mondial.

Les performances sportives sont comme devenues tributaires des capacités financières des « écuries ». Khaliss moy gagner.

Et ne me parlez surtout pas de fair-play financier car c’est de la poudre aux yeux. Pourquoi le Qatar va organiser le mondial 2022 ? Kaagn ! Pourquoi la FIFA va augmenter le nombre d’équipes participant au mondial ? Kaagn ! Pourquoi la FSF s’est tapée un sponsor de m**** connu de nulle part avant de résilier le contrat ? Kaagn ! « Bo amoul kaagn da dieul touss » !

Eh oui, cotise pas njaathieu pas, kou amoul kaagne do organiser !

L’argent achète les grands joueurs ; les grands joueurs attirent les sponsors, font vendre les maillots et amènent les titres ; les performances sportives impactent sur les indices et génèrent des primes. Ainsi, l’argent revient et le cycle continue.

Du coup, les petits se contentent de former ou révéler pour ensuite vendre aux grands. Porto est un grand dans ce domaine. Le club portugais a, en effet, révélé énormément de talents vendus à prix d’or et arrive néanmoins à toujours en faire ressortir d’autres. Chapeau !

Mais si vous n’avez pas le nez assez creux pour flairez les coups ni assez nantis avec les droits télé, vous vous contenterez de joueurs du dimanche pour lutter saison après saison pour le maintien. Bon courage alors.

Qui pour bouleverser la hiérarchie ? La Chine peut-être. Wait and see.

Précédent PhiloDophie : Pudeur et Valeurs
Suivant Affaire Diack : Prudence !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *