Sénégalais, fumez !


Le Sénégal a voté depuis mars 2014 une loi sur le tabac mais comme dans beaucoup de domaines, elle n’est appliquée que par circonstances ou alors pas du tout appliquée.

Malgré un lobbying intense et de longue haleine de la société civile pour que les députés en arrivent à voter cette loi, il a en effet fallu attendre plus de deux ans pour que les décrets d’application soient signés par le Président de la république et que le combat pour l’application puisse démarrer.

Le ministère de la Santé a envoyé une lettre circulaire aux gouverneurs de région et le Programme National de Lutte contre le Tabac (PNLT) a été lancé. Dans cette logique politique, a été tenu un atelier de partage sur les principales dispositions de la loi en collaboration avec les forces de police, de gendarmerie et de douanes afin d’aller vers une application effective de cette nouvelle disposition.

cette image ne dissuaderait même pas un malade pfff .. il faut plus !

Mais un an après la sortie des décrets, les avancées sont encore timides. Il est vrai que les fabricants ont intégré la disposition de la loi prévoyant que 70% de la face du paquet de cigarette soit recouverte d’un avertissement sanitaire. Il est vrai que les étiquettes « Interdit de fumer » sont de plus en plus visibles dans les lieux publics. Mais force est de constater que les patrons d’hôtels ne coopèrent pas pleinement.

Le dispositif de suivi contraignant et nécessaire qui doit s’opérer n’est pas encore mis en place. Wakh lagn gueuna meun dieuf ! On fume toujours dans les lieux publics et aucune de force de l’ordre ne semble vouloir y mettre fin.

La société civile qui s’est beaucoup battue pour faire voter cette loi continue de sensibiliser et de former.  Nonobstant, elle devient quasi impuissante face à cette situation. Salaw bou liif yi guénoul, amendes yi di taww, toukh mi doufi diougué !

mayléne niou niou noyyiii !

En attendant donc l’application stricte de la loi, nos enfants continuent de fumer alors qu’il est interdit de vendre du tabac dans un rayon de 200 m de tous les établissements scolaires. Nos mères et femmes continuent d’être enfumées par des gens qui  nullement sont « censés ignorer la loi ». Nos sœurs résistent à peine à la tentation d’y goûter.

Et bien on continue tout simplement de tuer notre avenir à petit feu. Alors de grâce, nous avons une bonne loi, faites-la appliquer ! Dagno beuga dound, mayeléne niou niou noyyii !!!!

Précédent Aérien : Allo Yoff, ici Diass !
Suivant Jini Ginger, Jongué bou forokh

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *