Maam Mor, tu nous laisses sans voix


Maam Mor, désolé qu’on ait pas fini notre discussion. Tu m’as laissé en souvenir ta voix sur Whatsapp. On parlait de la vidéo promotionnelle de Seticko. Aujourd’hui je suis sans voix.

Tes amis, ton frère Maam Thierno et nous mêmes qui t’avions connu au Maroc sommes tous abattus. Dieu est le maître de l’Univers. Nous sommes maîtres de nos cœurs. Nous te portons comme tu nous as porté dans ton cœur.

Je me rappelle quand on venait de se connaître. Tu étais ce gentleman toujours bien sapé et éternellement poli. Tu as intégré le kourel de Qassidas de Casablanca de la plus belle des manières. Tu étais ponctuel, assidu et surtout un baayfall en herbe. Oui, je charriais souvent Maam Thierno en lui disant, Maam Mor est plus fort que toi en Kourel en plus il est un bon élément de l’organisation. C’était sans savoir que tu avais les idées bien faites dans la tête.

C’était dur d’apprendre ton retour au Sénégal. Tu faisais partie désormais des membres « Zéro faute » qu’on comptait parmi ta génération. En plus, on venait de nouer une relation très spéciale mais au delà, tu me prenais pour un grand frère et un professeur en kourel. J’étais loin de tout ceci, je t’admirais plus tu sais !

On se parlait souvent et tu me parlais de ton stage, plus tard de ton embauche, d’EMI, des projets qu’on comptait lancer ensemble dans le digital. Je découvrais en toi beaucoup plus qu’un condisciple. Tu étais un entrepreneur.

Un entrepreneur plein d’avenir !

Ô Combien j’ai été heureux et honoré quand tu échangeais avec moi sur le projet que tu mettais en place avec tes amis : Seticko. Tu me demandais conseils, je te répétais que c’était un échange. J’apprenais de toi aussi. Je disais à Ousmane Niang de te coacher en marketing digital et de t’appuyer. Tu méritais tout le succès du monde.

Je retiens de toi plusieurs souvenirs. Ce gars qui est resté plus de 5h de temps debout lors de cet événement religieux national à Casablanca. Immuable, tu es resté à ton poste comme convenu. Je te charriais en te disant « ne prends pas de numéro hein » (rires)… On plaisantait beaucoup mon frère. Tu étais toujours correct. Bien habillé, le langage millimétré, le sourire au visage.

En te connaissant, j’ai eu l’honneur de découvrir un Nouveau Type de Mouride, un Nouveau Type d’Entrepreneur. Tu avais une longueur d’avance sur ta génération. C’est Dieu qui nous Crée différents. Certains sont bons partout. Tu l’étais machAllah.

De ta voix, tous les jeunes doivent être meilleurs qu’ils ne le sont. Ils doivent être irréprochables comme tu l’as été. Ils doivent entreprendre, oser, rêver. Tes actes resteront, tes qualités demeureront. Tu nous quittes très tôt. Oui, Maam Mor tu nous laisses seuls.

Maam Thierno, tu as perdu il y a quelques années ton meilleur ami Habib, nous avons tous perdu un mbok taalibé exceptionnel. Aujourd’hui tu perds ton frère, nous perdons un frère. Je ne sais quoi te dire … Je sais que tu es fort et endurant … !

Maam Mor, je pleure en écrivant ce dernier message. Je sais que tu le liras comme tu lisais mes chroniques sur LT221. Cette fois ci, je soulage ma peine en t’écrivant. « L’écriture soulage les douleurs », je viens d’y croire. J’espère qu’en songe tu me diras tes impressions comme d’habitude.

Merci de m’avoir laissé comme dernier souvenir ta voix. Je te réécouterai souvent pour ressentir ta présence. Que Cheikhoul Khadim t’accueille au Paradis destiné aux musulmans au cœur pur !

Tu vas me manquer frère !

Précédent Halte cardiaque : Les lions passent aux forceps
Suivant Moi la mort ...

2 Comments

  1. NdeYacine
    18 septembre 2017
    Répondre

    Que son âme repose en paix. Yalla na sugnu Borom woyofal souff si kawam. Amine

  2. NDIAYE Sophie
    19 septembre 2017
    Répondre

    Que son âme repose en paix.Je ne connais pas mais travers les témoignages de tes amis diap nani kou bakh kou âme talibe nga wone. Yalla nala kou ted ki terou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *