Assane IN, Kémi OUT !


L’aéroport LSS a été le théâtre des bains de foules et agissements insensés ces derniers temps. Un « kana » rapatrié, cueilli par la BIP et un « afro-franco-activiste » expulsé vers son pays de résidence. Un aller sans retour assuré pour les 2 !
Ces événements alimentent, malheureusement, notre presse en manque d’actus à valeur ajoutée. Les sénégalais n’ont peut être pas encore compris ce qu’est la liberté d’expression. On crie partout que l’Etat bâillonne ceux qui osent lever la voix. C’est faux !
Tous ces gens en quête de popularité ne doivent pas passer avant la stabilité sociale et politique de notre cher pays.
Un Kémi « se bat » pour une noble cause certes mais sa façon de s’exprimer ne doit pas réduite en cendre le symbole de la sueur d’hommes et de femmes. Aux commentateurs imbus d’activisme pourri je vous préviens : c’est un panafricaniste né qui vous parle là. Ce n’était pas la bonne méthode pour exprimer son dégoût de cette monnaie qui pompe notre sang. Seulement, ce geste est insultant pour une institution représentant 8 nations. D’ailleurs, c’est la BCEAO qui a porté plainte contre lui et non l’Etat sénégalais ni la France. Alors, soyons logique. Kémi paie les pots cassés. Point barre ! Que ceux « qui en ont marre » brûlent à leur tour des billets pour voir.
Le Franc CFA ne sied pas à l’émergence de nos économies colonisées, nous le savons tous. Néanmoins, dénonçons le par les idées pour pousser nos gouvernements à enlever cette épine de notre pied.
La Star de Massalikoul Jinane le jour de la Tabaski !
Pour Assane moom, naako bayeik yooh yi (Rires). Là aussi, les avis divergent. Les plus raisonnés comprendront qu’il était nécessaire de le ramener au bercail pour lui clouer le bec à défaut de l’envoyer au gnouf. Interpol a été également cité comme le commanditaire de son rapatriement. Une fois au Sénégal, celui qui véhiculait l’image d’un NTS (Nouveau Type de Saagakate), jouait la star des selfies et attirait toute l’attention de la presse. Cette dernière devait nous faire un portrait psychologique du gars, sa vie en famille et aller plus loin que le sensationnel. Hélas !
Vous voulez qu’on laisse chaque guignol dire ce qu’il pense sans filtre ni limite. Bonjour les dégâts alors ! Ne venez plus nous dire que « deukk bi louway nékh wakh, louway nékh def ». Et demain ce sera le tour aux institutions religieuses, coutumières ce qui sera une « catastrophe civile ».
Quoi qu’il en soit, arrêtons de dire que « Macky daffa sokhorr, day dakké, day teutdjié ». Si le sénégalais outre l’autorité étatique, cette dernière devra sortir le bâton et ranger la carotte.
Ainsi marche un Etat de droit !
Précédent Personal training Dating Spots That Men Make By using Women
Suivant Internet dating Services Basically who are Suitable For You will

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *