Assane DIOUF n’a rien fait !


Il est apparu dans l’espace public sénégalais une race d’hommes venus de nulle part, sans aucune préparation avec ses habitudes de rue

Assane DIOUF, Amy COLLE et Penda BA font le buzz. Ils ont des dizaines et des milliers de vues sur la toile, ils tiennent les sénégalais en haleine. Chacun y va de son commentaire. D’aucuns arguent la liberté d’expression, d’autres, le respect des institutions ou autres pudeurs prétendument sénégalais.

En ce qui nous concerne, nous n’entrerons pas dans ce débat. Libre à chacun, selon ses valeurs et ses convictions, d’être pour ou contre. Au final, le juge tranchera à notre nom à nous tous. Décision que nous serons tenus de respecter.

Mais ce qui me parait intéressant à analyser dans cette histoire, c’est la manière dont ces affaires excitent les sénégalais, alimentent leur débat. Je vois même des gens, d’âge avancé, dans les bureaux, passer des heures à consommer les immondices d’Assane DIOUF.

Ami Collé et Penda Ba sortent en catimini du gnouf …

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Et si je vous disais qu’on a jamais été de loin de là. Il nous a juste fallu un outil, Internet, et « sussssssss » comme de l’encens dans le « andd» (encensoir) d’une « laobé », on ne peut l’empêcher de se propager. Donc des insultes sur le Net, on en aura encore et encore.

Notre chroniqueur, le très avisé Serigne Cheikh Djitté affirmait dans une chronique récente qu’il n’y aurait plus de Souleymane Jules DIOP. Je suis désolé de lui dire qu’il y en aura encore, il en a eu avant lui. On s’insulte au Sénégal hein Serigne Cheikh dans les rues, dans les transports en commun, dans les familles etc.

Très récemment même, une petite fille de moins de dix ans, dans une vidéo très largement partagée, a proféré des insultes dans un langage très usité au Sénégal qu’elle a assurément apprise par le biais de son environnement immédiat, donc sa famille. Cette fille avait surement l’habitude de le faire, et encouragé en cela par sa famille, donc une cellule familiale insalubre.

Goney naar loumou néttali si khayma bi lako dégué … des parents irresponsables ! pfff

Qu’en est-il des insultes dans l’espace public ?

Oui, l’insulte était confinée dans l’espace privé, elle s’est invitée dans l’espace public dans les années 2000. 2000 était un tournant dans notre histoire politique mais surtout sociale. Cette année d’alternance, d’espoir, mais surtout de libertés. Les médias se sont développés à une vitesse exponentielle, de manière incontrôlée. On aura tout vu même des journaux à caractère pornographique (Mœurs), des journaux insulteurs (Il est midi), des sites à scandale (Facedakar) … bref, du libertinage généralisé.

Autre phénomène, il faut reconnaître à WADE le mérite, après 2000, d’avoir décentralisé l’avoir, le savoir et le pouvoir et surtout l’espoir. Les sénégalais se sont rendus compte, après 2000 que tout était possible, avec l’histoire de WADE et ses amis du PDS. Des milices devenus milliardaires, des jeunes de 27 ans devenus ministres, des ministres sans aucun diplôme, sans aucune qualification.

Conséquence, il est apparu dans l’espace public sénégalais une race d’hommes venus de nulle part, sans aucune préparation avec ses habitudes de rue. Ces énergumènes nous ont envahi avec des comportements en public inédits. A partir de là, rien n’était de trop.

Des ministres se sont piégés avec des vidéos pornographiques (Oumar SARR-Diombass DIAW), un ancien premier ministre a traité son président de spermatozoïde avec tout ce que ce terme comporte comme représentation (WADE-IDY), le comportement insultant de Farba SENGHOR, le phrasé sec direct, et déplacé de Pape Samba MBOUP etc.

Le député du peuple qui faisait son show comme son PEUPLE

La rupture escomptée en 2012 a produit pire.

Me El Hadji DIOUF et Aissatou DIOUF se sont insultés en direct à l’hémicycle. Le même maître DIOUF a fait un rond avec ses doigts et le pénètre avec l’autre en guise d’insulte pour ses adversaires en public lors du procès de Karim WADE. Farba NGOM a abreuvé d’insultes le préfet de Kanel. Moustapha CISSE LO a insulté le candidat Macky SALL. Yakham MBAYE a proféré des insultes en parlant du cas Diouf SARR.

La tendance est irréversible. Des Assane DIOUF, il y’en aura encore…

Précédent Spécial été : "Kaay ma planche la"
Suivant Afrobasket 2017 : La diarrhée fait courir les lionnes

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *