Touba, ville sainte ou politique ?


« Kou wathie sa andë, andë bo dem fek fa borom mounifa dédjie »

La ville du fondateur du Mouridisme est spéciale. Touba est si différente par sa démographie et son poids institutionnel que les Mbacké-Mbacké, petits fils du fondateur, sont les nouvelles égéries des partis politiques.

Avec la chute de BBY lors des législatives, certains parlaient de « remontada » comme s’il s’agissait du duel espagnol Barça-Real. Touba n’est pas Dakar. Khalifa et Amadou Ba peuvent se disputer la capitale politique mais Touba reste une religieuse au ndigël du Khalif des Mourides.

Celui ci avait interdit toutes activités politiques dans sa ville. Pourquoi alors y organiser des élections jusqu’à ce que saccage et sabotage s’en suivent ? Quoi de plus honteux qu’une sainte qui se désacralise !

Aucun traitement de faveur dans la politique

Avant les pseudo-ndigëls qui légitimaient la candidature du chargé de la comm du comité d’organisation du Grand Magal, le ndigël du Khalif avait balisé le terrain. Point d’activités ni de militantisme dans sa contrée. Malgré cette interdiction formelle, ils ont ébranlé son ndigël et ils veulent qu’on les traite comme des saints ? Vous vous êtes excommuniés sans le savoir. Nous vous traiterons comme des politiciens.

Touba est vue maintenant comme le trouble fête des dernières élections. 2019 sera l’étincelle qui fera exploser la poudrière si les agissements politiques des marabouts ne cessent pas.

Des clans de petits fils se forment et se jettent l’opprobre allant jusqu’à des coups de feu en l’air. Certains sont même convoqués « fi mbakhané dooné béne » et même souvent emprisonnés. Là bas vous enlèverez votre « mbakhané ». Vous ne verrez aucun être humain se plier en 4 pour vous saluer ou s’asseoir sous vos pieds.

Honteux ! Transformer l’université de Touba en décharge à ciel ouvert de bulletins électoraux

« Touba : Pôle apolitique »

La circonscription qui pouvait faire basculer les résultats globaux a été la plus médiocre du territoire. Normal, je me dis quand les populations – qui resteront d’éternels talibés – ont une dent contre les nouveaux mara-politiciens.

Rappelez vous de la jurisprudence si pédagogique relative à l’invite de Qadi Madiakhaté Kala au Cheikh pour rejoindre le Damel Lat Dior comme conseiller juridique. Le fondateur de Touba lui avait alors répondu par une énigme qui avait sorti le roi du Cayor de ses gongs. Il répondait au Qadi, je cite: « un religieux qui répondait à l’invite d’un roi est telle la mouche qui se dirige vers la bouse ».

Des bousiers et des mouches, on en voit en tonnes aujourd’hui. Et notre cher Wolof Ndiaye le dit si bien : weigne mom fou tooye mou takkeu fa (La mouche s’arrête là où elle trouvera sa nourriture).

Touba est devenue la mégapole Wadiste

Que certains religieux veulent se lancer dans la politique, ils en ont le droit. Cependant, n’instrumentalisez pas le Khalifat pour faire passer un vote moutonnier. Nous ne sommes pas des moutons.

Si vous voulez toujours nous prendre comme tels, alors sachez que nous avons un intellect au delà de nos cornes et nous ne brouterons pas sous vos pattes.

Touba restera plus sainte que jamais. Son fondateur et ses khalifs n’ont ménagé aucun effort pour son statut spécial. Ceux qui veulent la désacraliser finiront par l’être eux mêmes.

Et pour finir, le Prototype du Mouride Modèle, Maam Cheikh Ibrahima disait : « Ah doome ! Seugn Bamba gnakk na yonaam wi ba dara dou rour doug thi wayé likey gnakki thi gnak wi lay dioudo » (Serigne Bamba a fortifié la Mouriddiyah et aucune menace externe ou étrangère ne pourra l’ébranler. Seulement, c’est en son sein qu’elle sera entachée). Plus qu’une prophétie, une mise en garde !  

Précédent "Spécial été" : Le Bal du 15 août
Suivant Le Président SENGHOR reste aux commandes

1 Comment

  1. Ndiaye
    17 août 2017
    Répondre

    Rappelez vous de la jurisprudence si pédagogique relative à l’invite de Qadi Madiakhaté Kala au Cheikh pour rejoindre le Damel Lat Dior comme conseiller juridique. Le fondateur de Touba lui avait alors répondu par une énigme qui avait sorti le roi du Cayor de ses gongs. Il répondait au Qadi, je cite: « un religieux qui répondait à l’invite d’un roi est telle la mouche qui se dirige vers la bouse ».
    Quel beau passage!
    Cela devrait servir de viatique aux mara- politiciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *