« Spécial été » : Le Bal du 15 août


le 15 août se jouait comme la Champions League

Après les sœurs 24 et 31, la soirée du 15 août est la plus convoitée de l’année. Elle est si spéciale en cette période où la chaleur et la pluie rivalisent d’ardeur. Chacun se cherche une tenue estivale pour marquer de son empreinte le bal des grandes vacances.

Dans « Banc diakhlé », Ibou Fall avait incroyablement décrit l’organisation et les enjeux du 31 décembre pour les bambins et ados qui voulaient célébrer le réveillon comme les grands. Pour ma part, je mêlerai des faits nostalgiques à la particularité estivale de ce bal.

Déjà, le 15 août se jouait comme la Champions League. La finale était célébrée à Saint Louis pour beaucoup de fêtards à Hydrobase. La compétition était également différente selon les âges.

Les grands (20-30 ans) avaient leurs tickets pour une soirée en discothèque. Chez nous « kouye nieuw dangaye ték » d’où « cotise pas njiatieu pas ». Les plus audacieux faisaient diversion. Ils déclaraient sortir en groupe pour aller à la soirée organisée par des amis de l’autre quartier. Seulement, ils se retrouveront tous chez untel sur la terrasse, loin des radars, en toute intimité. Musique en sourdine, buffet en self-service, lumière tamisée, voix réduites au chuchotement. Je ne vous raconte pas la suite après l’arrivée des nymphes.

NElly ak Kelly waaye …. diamonoye petite tête ak taff bande adhésive sa kaname … MDRRR

Pour nous, c’était animation au boum-boum. Les tubes de l’été dernier feront l’entrée en jeu et seront remplacés par les nouveaux effets de bombe. Au temps, « mathiou » de Thione Seck « modone bombe ». Le meilleur joueur était celui qui réussissait les slaloms et les « yeungale ndigg » effrénés lors de la reprise de ce hit hors pair.

Que l’on jouait à domicile ou à l’extérieur, chacun avait son avantage dans ce mini championnat. Il fallait aussi maîtriser les lyrics de Kelly et Nelly, Cisco, R-Kelly ou bien attendre le refrain pour hurler comme un fou l’interprétation en wolof avec toutes les insultes et conneries possibles. (Rires).

Le mercato d’été faisait monter le niveau de la compétition. On recomposait les équipes de façon particulière avec des vacanciers, des tocards exclus du groupe ou de nouveaux promus. Chez les filles, comme d’habitude. La majorité du groupe changeait comme elles changent de robes. Seules les plus sages et moins « pankeu » restaient entre elles assises sur le banc de touche à sélectionner avec qui danser.

wa Capsy ak wa Dieuppeul niooko meunone …. ooooohh

La série fatidique des tirs au but se faisait quand le DJ plaçait un tube slow de Céline Dion ou Lara Fabian. Punaise ! Soit tu connais bien la fille donc ton angle de tir est assuré soit tu tentes ta chance et mon vieux tu risques d’essuyer un « raaye dokkou » magistral.

Certains réussissaient et d’autres, malgré leur adresse, avaient une fois fait face au gardien de but qui ruminait sa haine contre toi. Quelle occasion rêvée pour t’humilier en public. « Yiow khamenga sa bopp », « dama sonnou » ou bien « sama tank day métti » étaient les différentes parades des filles. Le « kharale bassi kaname » était synonyme du « tirer de nouveau ».

Mais ce qui était exceptionnel, c’est la cérémonie de fermeture de ce championnat d’une nuit. Normal, on est en été on doit être joyeux et fêtait les vacances scolaires. À la fin de la soirée, le fair-play ravivait la vedette au classement final.

A la fin, tous se défoulent sur la piste

Il n’y aura pas de champions ni de losers quand tout le monde se trémoussera au centre de la piste durant le temps additionnel. Le DJ réconciliera les stars avec les supporters, les frustrés avec leurs bourreaux et vive la bonne entente.

A la fin de la soirée, on annonce l’organisation d’une sortie à la plage. Préparez donc vos tenues de nage … A suivre !

 

Précédent La tribune de l’été : délires et fun au menu
Suivant Touba, ville sainte ou politique ?

1 Comment

  1. […] « Spécial été » : Le Bal du 15 août […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *